Balzac_by_P_J_David_d_Angers_1843

Bibliographie : Oeuvres de Balzac - Balzac dans la Revue de Paris - Ouvrages de L.-C. de Saint-Martin - Bibliographie générale

Étude sur Balzac et la pensée saint-martinienne

Source de l’image : Balzac par Pierre Jean David d’Angers (1788-1856)


Bibliographie

Œuvres de Balzac

Études philosophiques, tome XII, La Messe de l’Athée (inédit), Les deux rêves, Facino Cane (inédit) Les Martyrs Ignorés. Paris, Delloye et Lecou, 1837.

Études philosophiques, tome XIII, Le secret des Ruggieri. Paris, Werdet, 1836.

La Comédie humaine, cinquième volume. Première partie, Études de Mœurs. Deuxième livre. Scènes de la vie de province, tome I, Ursule Mirouët, Eugénie Grandet, Les Célibataires : Pierrette. Paris, Houssiaux, 1869, consultable sur http://books.google.fr/books?id=VlAvu48nqc8C.

La Comédie humaine, septième volume. Première partie, Études de Mœurs. Deuxième livre. Scènes de la vie de province, tome III. Les Rivalités : (1ère histoire) La Vieille fille, (2e histoire) Le cabinet des antiques. Le Lys dans la Vallée, Houssiaux, 1855, consultable sur http://books.google.fr/books?id=wI8GAAAAQAAJ.

La Comédie humaine, huitième volume. Première partie, Études de Mœurs. Deuxième livre. Scènes de la vie de province, tome quatrième : Illusions perdues : (1ère partie) Les Deux poètes - (2e partie) Un Grand Homme de Province à Paris – (3e partie) Êve et David. Paris, Houssiaux, 1855, consultable sur http://books.google.fr/books?id=xbA5AAAAcAAJ.

« La maison Nucingen », Les secrets de la princesse de Cadignan, Paris, Lévy, 1865, consultable sur http://books.google.fr/books?id=qwIUAAAAQAAJ.

Le Centenaire ou les deux Béringheld. Bruxelles, Méline, 1837, tome II, consultable sur http://books.google.fr/books?id=x44TAAAAQAAJ

Le Lys dans la vallée, Paris Charpentier, 1839, consultable sur http://books.google.fr/books?id=z_sFAAAAQAAJ.

L’Enfant maudit, Études philosophiques. Furne, 1845, consultable sur http://books.google.fr/books?id=qV0OAAAAQAAJ.

Le Livre Mystique, Paris, Werdet, 1er décembre 1835, 1ère édition, tome I, Louis Lambert, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k912358.

Le Livre Mystique, Paris, Werdet, 1er décembre 1835, 1ère édition, tome II, Séraphita, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k91236m.

Le Livre Mystique, Paris, 2e édition, Werdet (imprimerie Bourgogne et Martinet) en 2 volumes, 15 janvier 1836.

Le Livre Mystique, Édition Méline, Bruxelles, 1836, tome I, consultable sur http://books.google.fr/books?id=s5fSVRvz4tUC. Cette édition comporte les 2 tomes rassemblés en un seul volume.

Les Français peints par eux-mêmes : encyclopédie morale du dix-neuvième siècle, tome quatrième comprenant Les Détenus, Les Pauvres, La Dévote, Paris, Curmer, 1841, consultable sur http://books.google.fr/books?id=E7cGAAAAQAAJ.

Lettres à l’Étrangères (1833-1842), Paris Calmann-Lévy, s.d. (1899 ?) consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k215311n.

Lettres à Mme Hanska, t. IV.

« Louis Lambert », Œuvres complètes, seizième volume, Études philosophiques et études analytiques. Paris, Houssieux, 1855, consultable sur http://books.google.fr/books?id=KJEGAAAAQAAJ.

Melmoth réconcilié, in Études philosophiques, La recherche de l’absolu. Paris, Bourdilliat, 1860, consultable sur http://books.google.fr/books?id=yzzrAAAAMAAJ.

Œuvres complètes, tome IX, La Pléiade, Gallimard, 2005.

Œuvres complètes, Études philosophiques, Paris Houssiaux, 1855. Ce volume comprend : La peau de chagrin, Jésus-Christ en Flandre – Melmoth réconcilié – Le chef d’œuvre inconnu, La Recherche de l’Absolu, consultable sur http://books.google.fr/books?id=1IoTAAAAQAAJ.

Œuvres complètes, La comédie humaine – Première partie : Études de mœurs - Livre premier ; Scènes de la vie privée. Paris, Michel Lévy, 1869, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1013940.

Scènes de la vie de Province, Tome I - Ursule MirouëtEugénie GrandetLes Célibataires : Pierrette - Paris Furne – Dubochet – Metzel 1843, consultable sur http://books.google.fr/books?id=vQYIAQAAIAAJ.

Scènes de la vie privée, comprenant Mémoires de deux jeunes mariées, Une fille d’Êve, La Femme abandonnée, La Grenadière, le Message, Godseck, Autres études de femmes. Tome deuxième, 1842, p. 201, consultable sur http://books.google.fr/books?id=fYkGAAAAQAAJ.

Scènes de la vie privée, tome IV, Béatrix (2e partie), Paris, Houssiaux, 1855, p. 39, consultable sur http://books.google.fr/books?id=ii1AAAAAYAAJ.

Ursule Mirouët, Paris, Hachette 1853, Bibliothèque des chemins de fer, consultable sur http://books.google.fr/books?id=RbMGAAAAQAAJ&pg=PA371.

Traité de la prière. Texte inédit avec une introduction et des notes par Philippe Bertault. Boivin, 1942.


 

Œuvres de Balzac parues dans la Revue de Paris

« Le Lys dans la vallée » in Revue de Paris, 1835, T. 23, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5775603g et tome XXIV (décembre 1836), pp. 201-250, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5775652z

« Les proscrits, esquisse historique », Revue de Paris, 1831, T 26, p. 12 et sq., consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58019574. Voir également Revue de Paris, seconde édition, 3e année, tome 2. Bruxelles, 1831, consultable sur http://books.google.fr/books?id=0XYPAAAAQAAJ.

« Lettre à Charles Nodier sur la Palingénésie ». Revue de Paris, T. 43, Paris 1832, p. 169, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5778773d.

Séraphîta, pré-publication dans la Revue de Paris, juin 1834, T. 6e, p. 23 et sq., accessible sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57787616 comportant les trois premiers chapitres : I, Le Stromfiord, II Séraphîtus, III Séraphîta ;

Séraphîta, pré-publication dans la Revue de Paris, tome 7e, juil. 1836, p. 145 et sq., consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5801983m comportant le quatrième chapitre, Séraphîta-Séraphitûs et présentant la prochaine livraison.

REVUE DE PARIS, Compte-rendu du Livre mystique, tome 24, 1836, p. 51-58, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5775652z

REVUE DE PARIS, tome XXX, 5 juin 1836, Un dernier mot à M. de Balzac, pp. 52-58 qui clôt le procès entre l’auteur et la revue.


 

Livres de Louis-Claude de Saint-Martin

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, Des erreurs et de la Vérité ou les hommes rappelés au principe universel de la science, par un Philosophe inconu. Edimbourg (Lyon) 1775, consultable sur http://books.google.fr/books?id=5_MUAAAAQAAJ.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, Des erreurs et de la Vérité ou les hommes rappelés au principe universel de la science, par un Philosophe inconu. Edimbourg (Lyon) 1782, consultable sur http://books.google.com/books?id=t4wPAAAAQAAJ.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, Ecce homo, Paris, Cercle social, an IV (1792), consultable sur http://books.google.fr/books?id=cS49AAAAcAAJ.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, La correspondance inédite de L.-C. de Saint-Martin et Kirchberger, baron de Liebistorf. Paris, Dentu, 1862, consultable sur http://books.google.fr/books?id=GXwuAAAAYAAJ.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, Le Ministère de l’homme-esprit, Paris, Migneret, an XI – 1802, consultable sur http://books.google.fr/books?id=ar8AAAAAcAAJ.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, L’Homme de désir, Londres, Société philosophique, 1808, consultable sur http://books.google.fr/books?id=Ge0UAAAAQAAJ.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, L’Homme de désir, R. Amadou, préface de Robert Amadou, Éditions du Rocher, 1979.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, Mon portrait historique et philosophique, publié par R. Amadou. Paris, Julliard, 1961.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, Œuvres posthumes, tome premier, Tours, Letourmy, 1807, consultable sur http://books.google.fr/books?id=_mE7AAAAcAAJ.

SAINT-MARTIN Louis-Claude de, Tableau naturel qui existe entre Dieu, l’Homme et l’Univers, en deux parties. Édimbourg (Lyon) 1782, consultable sur http://books.google.fr/books?id=hS4qktKIIEsC.

 


 

Bibliographie générale

Acta Latomorum ou chronologie de l’histoire de la franc-maçonnerie, Paris, Dechevaux-Dumesnil, 1815. Tome II, consultable sur http://books.google.fr/books?id=BjkiAAAAMAAJ.

Actes du Colloques de Caen, Le Merveilleux et la magie dans la littérature, 31 août-2 septembre 1989. CERMEIL, Édition Gérard Chandes, Amsterdam – Atlanta, GA. On trouve des extraits de ce livre sur Google livres http://books.google.fr/books?id=BF1GwrCC_awC.

AMADOU Robert, « Balzac et Saint-Martin » dans l’Année balzacienne, Paris, Garnier, 1965 ; et « Honoré de Balzac s’est-il fait photographier en franc-maçon ? » dans Notes.

ANDRÉ Marie-Sophie et BEAUFILS Christophe s, Papus biographie, Berg international, 1965.

BALDENSPERGER Fernand, Orientations étrangères chez Honoré de Balzac, Paris, H. Champion, 1927.

BALZAC Honoré de (1799-1850). Catalogue de l’exposition organisée pour commémorer le centenaire de sa mort. Paris 1950.

BARDÈCHE Maurice, BalzacBiographie. Paris, Julliard, 1980.

BARDÈCHE Maurice, Balzac, romancier. La Formation de l’Art du roman chez Balzac jusqu’à la publication du « Père Goriot » (1820-1835). Genève, Slatkine Reprints, 1967.

BERNHEIM Pauline (Dr.), Balzac und Swedenborg, Einfluss der Mystik Swedenborgs und Saint-Martin auf die Romandichtung Balzacs, Berlin, Emil Ebering, 1914.

BERTAULT Philippe, Balzac et la religion, Slatkine Reprints, Paris, 1980.

BERTAULT Philippe, Traité de la prière d’Honoré de Balzac, texte inédit avec une introduction et des notes. Paris, Boivin, 1942.

BISSON Louis-Auguste, daguerréotype. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Balzac.

BŒME Jacob, De la triple vie de l'homme, selon le mystère des trois principes de la manifestation divine, traduit par Louis-Claude de Saint-Martin, Migneret, 1809, consultable sur http://books.google.fr/books?id=0DNIAAAAMAAJ.

BŒME Jacob, De la triple vie de l’homme selon le mystère des trois principes de la manifestation divine, traduit de l’allemand par un Ph. In. (Saint-Martin) en 1793.Paris, Migneret, 1809, consultable sur http://books.google.fr/books?id=0DNIAAAAMAAJ.

BŒME Jacob, L’Aurore naissante ou la Racine de la philosophie, de l’astrologie et de la Théologie, ouvrage traduit de l’allemand sur l’édition d’Amsterdam de 1683 par le Philosophe inconnu. 2 vol. Paris, Laran, An IX (1800), consultable sur http://books.google.fr/books?id=O2E7AAAAcAAJ

BŒME Jacob, Le chemin pour aller à Christ : compris en neuf petits traités, réduits ici en huit, Berlin, G. Schlechtiger, 1722, consultable sur http://books.google.fr/books?id=bfQ8AAAAcAAJ.

Bulletin de la Société Chateaubriand, 1985.

CELLIER Léon, Fabre d’Olivet. Contribution à l’étude des aspects religieux du romantisme. Paris, Nizet, 1953.

CHAMPFLEURY, « Le père de Balzac », La Nouvelle revue, 1881, T10, mai-juin, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k35919p

CRÉPET Jacques, Pensées, Sujets, Fragments, Blaizot, 1910.

CURTIUS Ernst R., Balzac, essai. Traduction de Michel Beretti. Éditions des Syrtes, 1999.

DAILLANT DE LA TOUCHE, Abrégé des ouvrages d’Emmanuel Swedenborg contenant la doctrine de la nouvelle Jérusalem céleste, précédé d’un discours où l’on examine la vie de l’auteur, le genre de ses écrits, et leur rapport au temps présent. A Stockholm, et se vend à Strasbourg, Treuttel, 1788.

DÉGA Jean-Louis, La vie prodigieuse de Bernard-François Balssa (père d’Honoré de Balzac), Rodez, Éditions Subervie, 1998.

DUPRAT Annie, « La vie prodigieuse de Bernard-François Balssa », Annales historiques de la Révolution française, 323, janvier-mars 2001, en libre accès sur le site http://ahrf.revues.org/1035.

ECKARTSHAUSEN Carl von, Dieu est l’amour le plus pur, Paris, Martial Ardent, 1845, consultable sur http://books.google.com/books?id=O0cXAAAAYAAJ.

ECKARTSHAUSEN Carl von, La Nuée sur le sanctuaire, traduit par François-Guillaume Coëssin, Paris, Maradan, 1819, consultable sur le site Livres mystiques : http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Echkartshausen/Lanuee1/lanuee.html.

EVANS Henri, Louis Lambert et la philosophie de Balzac, Paris, J. Corti, 1951.

FARDEAUD Madeleine et PIERROT Roger, « Henry le trop aimé », Année Balzacienne, 1961.

FARDEAUD Madeleine, « Madame Balzac, son mysticisme et ses enfants » Année Balzacienne, 1965, Paris, Garnier

FERDAR Émile, « Le martinisme dans Balzac », L’Initiation, février 1911, n°5, pp. 107-119. Cet article a été repris dans L’Initiation, janviers-mars 1955, n° 1, pp. 25-29.

GAUTHIER Henri, L’Homme intérieur dans la vision de Balzac, Université de Lille III, 1973. Version imprimée sous le titre L’Image de l’homme intérieur chez Balzac, Genève, Droz, 1984.

GÉNÉALOGIE d’Honoré de Balzac, consultable sur http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9alogie_d%27Honor%C3%A9_de_Balzac.

GÉNÉANET, La généalogie de Balzac, consultable librement à l’adresse http://gw0.geneanet.org/index.php3?b=balzac&lang=fr;p=honore;n=balzac+de

GROLLEAU Charles, Notice à Séraphîta. Paris, Jonquières, 1922.

GUÉNON René, « Balzac et Saint-Martin », revue La Gnose, n° 5, mars 1910.

HINDMARSH Robert, Abrégé des principaux points de doctrine de la vraie religion chrétienne d’après les écrits de Swedenborg. Chez Treutel et Wurtz & chez Barrois aîné, 1820, consultable sur http://books.google.fr/books?id=Bu0UAAAAQAAJ

LA TOUCHE Henri de (Hyacinthe-Joseph-Alexandre Thabaud de Latouche dit), Fragoletta, Naples et Paris en 1799, Paris, Levasseur, 1829 ; tome I et II, consultable sur http://books.google.fr/books?id=DjBbAAAAQAAJ.

LUMET Louis, « Les Origines d’Honoré de Balzac », Revue de Paris, 15 février 1923, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k175874.

MAISTRE Joseph de, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, tome second, Paris, Librairie grecque, latine et française, 1831. Onzième entretien, consultable sur http://books.google.fr/books?id=Xi4UAAAAQAAJ.

MATTER Jacques, Histoire critique du gnosticisme et de son influence sur les sectes religieuses et philosophiques, Paris Levrault, 1828, 3 vol. consultables : tome I, http://books.google.fr/books?id=K6kGAAAAQAAJ, tome II, http://books.google.fr/books?id=KXgPAAAAQAAJ et tome III (planches) http://books.google.fr/books?id=8BtAAAAAYAAJ.

MAUROIS André, Prométhée ou la vie de Balzac, Paris, Hachette, 1965.

MICHELET Victor-Émile, Les Compagnons de la Hiérophanie, souvenirs du mouvement hermétiste à la fin du XIXe siècle. Dorbon-Ainé, 1937 – Boumendil, collection Bélisane n°5, 1977.

NODIER Charles « De la palingénésie humaine à la résurrection » dans la Revue de Paris, T. 41, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58024888.

PAPUS (Gérard Encausse dit), Martines de Pasqually, Paris Chamuel, 1895, p. 32. Demeter, Paris 1986.

PAPUS (Gérard Encausse dit), Martinésisme, Willermosisme, Martinisme et Franc-maçonnerie, Chamuel, 1899, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62983p.

LÉONARD, site Prunelle de Lière : Compte-rendu de travaux. Essai de définitions : Martinésisme, martinisme, le point aujourd’hui, consultable sur http://prunelledeliere.canalblog.com/archives/2007/12/09/7143196.html

RIJNBERK Gérard van, Martines de Pasqually, tome II, Lyon, Derain, 1938.

ROCHE Maurice, Balzac et la Touraine, « Balzac et le Philosophe inconnu » dans Congrès d’Histoire littéraire tenu à Tours du 28 au 31 mars 1949, Tours, 1949.

SPOELBERCH de LOVENJOL Vte de (Charles de Lovenjol), Histoire des Œuvres de Balzac, Slatkine reprints, Genève 1968. Un extrait de ce livre se trouve sur Google livres : http://books.google.com/books?id=drh65-UMbBUC.

SURVILLE Laure Balzac sa vie et ses œuvres d'après sa correspondance. Paris, Jaccottet, 1858, consultable sur http://books.google.fr/books?id=u-A5AAAAcAAJ.

THÉRÈSE d’AVILA, Œuvres de Sainte Thérèse divisées en deux parties. Traduction d’Arnaud d’Andilly. Paris, Pierre le Petit, 1671 ; Les Méditations sur le Pater pour s’en servir durant les sept jours de la semaine, se trouvent dans le tome second, pp. 661-682 (164-185), consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56968224.

TRITTER J.-L., Le langage philosophique dans les œuvres de Balzac, Paris, Nizet, 1976.

VIATTE Auguste, Les sources occultes du romantisme. Tome second, La génération de l’Empire. Paris, Champion, 1928.

« Les hommes ne sont pas encore assez sages. Ils ne savent pas qu'il faut séparer toute espèce de religion de toute espèce de gouvernement; que la religion ne doit pas plus être une affaire d'État que la manière de faire la cuisine ; qu'il doit être permis de prier Dieu à sa mode, comme de manger suivant son goût ; et que, pourvu qu'on soit soumis aux lois, l'estomac et la conscience doivent avoir leur liberté entière. Cela viendra un jour, mais je mourrai avec la douleur de n'avoir pas vu cet heureux temps. »

Voltaire le 19 mars 1765 à son ami Bertrand, Pasteur à Berne.

Aller au haut